Les leurres optiques

Le regard nous donne moins à voir qu’à saisir


L’écriture poétique se devine, se brouille et surgit en instantanés qui se dissimule
et se recompose. Chaque œuvre est composé comme une petit théâtre d’ombre
de paroles, les écrans de verre et papier se superposant, révélant les images,
les mots par intermittence.
Au départ, des prélèvements archaïques, rudimentaires par frottage
sur la face cachée du verre thermoformé, puis des voiles de verre viennent
en plusieurs strates troubler la mémoire des premières empreintes.

.